Pour une éthque des réseaux sociaux

BILLET DU 22 OCTOBRE 2017 sur Judaïques FM 94.8

Pour une éthique des réseaux sociaux

Si tout comme moi vous êtes des utilisateurs actifs des réseaux sociaux sur internet, Twitter, Facebook et autres Linkedin, vous vous êtes probablement déjà posés la question de savoir si, au-delà des règles qui sont fixées contractuellement, il ne devrait pas y en avoir d’autres plus éthiques celles-ci. Il est entendu que les réseaux sociaux sont censés ne pas accepter les discours incitants à la haine raciale ou à l’antisémitisme, la diffusion d’images choquantes ou pornographiques, et pourtant nous sommes témoins quotidiennement de ces écarts dont certains tombent même sous le coup de la loi théoriquement.

Les réseaux sociaux sont devenus incontournables dans toutes les formes de communication. Donald Trump en fait un usage compulsif et souvent maladroit de sorte que les journalistes guettent davantage son compte Twitter que la communication officielle de la Maison Blanche. On se plait à remonter le fil sur des années de telle ou telle personnalité pour voir les contradictions qui existent dans sa pensée. Il fut un temps où l’on « googlelisait » quelqu’un pour mieux le connaître, aujourd’hui on s’intéresse de près à ce qu’il a pu dire ou « liké », aimé. Les réseaux sociaux représentent un média comme les autres à cette seule différence que nous en sommes les acteurs et que nous pouvons dire, sans le filtre d’une ligne éditoriale, ce que bon nous semble. Pour certains c’est un formidable outil de libre expression, pour d’autres c’est au contraire le lieu de tous les excès. L’exemple le plus récent est ce fameux hashtag « balancetonporc » pour faire écho aux agressions sexuelles et viols présumés de Harvey Weinstein. La parole s’est libérée et des femmes par milliers ont fait part à travers cet hashtag de leurs expériences avec des hommes qui ont abusés d’elles. Des noms sont livrés en pâture sans que l’on puisse vérifier leur implication réelle. On pourrait se dire qu’a priori la justice sera saisie dans tous ces cas et fera son œuvre.

L’éthique ou le bon usage des réseaux sociaux pourraient consister dans un premier temps à ne pas se cacher derrière une identité virtuelle ou un faux profil. L’éthique pourrait encore être de vérifier une information avant de la publier. L’éthique serait surtout d’en faire un usage modéré, respectueux des relations réelles avec les autres, de savoir quitter son ordinateur, sa tablette ou son smartphone pour aller au contact des autres. Même lorsque Dieu a du parler à Moïse, il l’a fait « face à face ». C’est cette confrontation qui représente le véritable courage et l’audace au fond.